La biodiversité en Poitou-Charentes

     
Accueil > Sol et Paysage > Patrimoine géologique > Les sols > Vallées et terrasses alluviales

Vallées et terrasses alluviales

Le réseau hydrographique régional est relativement dense. Les sols qui y sont associés varient selon les rivières.

La Vienne et ses affluents
Au Sud du territoire régional, les vallées de la Vienne et de ses affluents entaillent les plateaux jusqu’au socle granitique, elles sont très encaissées et la dénivellation peut atteindre une centaine de mètres. Les vallées sont tapissées d’alluvions hétérogènes. Elles sont bordées par des lambeaux de terrasses, alluvions anciennes sableuses à galets de quartz. Plus au Nord, les vallées de la Vienne et de ses affluents sont larges et comblées par des alluvions argileuses ou sableuses. Sur les flancs de leur vallée s’étagent plusieurs niveaux de terrasses, alluvions anciennes constituées de matériaux grossiers, sables, graviers et galets.
Dans sa partie étroite et encaissée, la vallée de la vienne et de ses affluents présente des fluviosols (sols alluviaux) acides sablo-argileux à limono-argileux à nappe plus ou moins profonde.
Dans sa partie large, la vallée de la vienne et de ses affluents présente des fluviosols calcaires Calcaire Roche sédimentaire essentiellement composée de carbonate de calcium CaCO3. , sablo-argileux à argileux à nappe plus ou moins profonde.
Enfin, au niveau de l’étagement des basses, moyennes et hautes terrasses de la Vienne et de ses affluents, on observe une association de sols sableux à sablo-limoneux sur sable argileux et argile sableuse (brunisols et néoluvisols).

La Charente et ses affluents
La Charente forme un arc de cercle de Civray à Ruffec. Sa vallée profonde et étroite en amont, plus large à l’aval, porte des alluvions argileuses souvent recarbonatées et hydromorphes. Des lambeaux de terrasses s’étagent au-dessus de la plaine alluviale et portent des sols argileux à galets.
Au niveau des vallées, les fluviosols sont limono-argileux, calcaires, à hydromorphie plus ou moins importante due à la nappe plus ou moins profonde.
Dans les basses vallées calcaires du marais récent flandrien des affluents de la Charente sur dépôt fluvio-marin (bri ancien), les sol sont argileux, calcaires, et hydromorphes (fluviosols rédoxiques).
Dans les basses vallées argileuses, non calcaires, humides issues d’alluvions fluvio-marines de l’ancien marais de la Charente, les sols sont argileux, humifères en surface, hydromorphes à horizon rédoxique à moyenne profondeur (sodisols rédoxiques).
Dans les vallées cultivées, calcaires, localement humides de la dorsale de Saintonge, on observe une association de sols de texture variable, souvent humifères, avec intercalation de minces lits tourbeux en profondeur. L’hydromorphie y est variée, liée à une nappe plus ou moins profonde (fluviosols rédoxiques, fluviosols réductiques et histosols).
Enfin, dans les vallées tourbeuses, limono-argileuses, calcaires des marais de Gironde, on observe une association de sols limono-argileux, sur tourbe vers 50cm et sols tourbeux dès la surface (histosols).

La Sèvres Niortaise et ses affluents
Au niveau des vallées calcaires de la Sèvre Niortaise et de ses affluents se trouve une association de sols argilo-limoneux calcaires ou calciques reposant sur bri ancien en aval. L’hydromorphie y est plus ou moins importante due à une nappe plus ou moins profonde. Ces sols présentent une bonne réserve en eau (fluviosols réductiques).
Sur les replats des alluvions anciennes limoneuses, calcaires ou non, reposant sur un encroûtement des alluvions graveleuses, on observe une association de sols, à pierrosité généralement faible mais fragile, poreux et à bonne réserve en eau (luvisols).

La Sèvres Nantaise, le Thouet et l’Autise
Les vallées acides, étroites et encaissées de la Sèvre Nantaise, du Thouet et de l’Autize permettent le développent de sols argilo-limoneux, acides et à nappe plus ou moins profonde (fluviosols rédoxiques et réductiques).
Les replats des alluvions anciennes présentent, quant à eux, des sols sableux à sablo-limoneux sur sable argileux et argile sableuse, à nombreux galets de quartz, de silex et de calcaire, acides, peu hydromorphes et à réserve en eau faible à moyenne (brunisol et néoluvisol).

Affluents de la Dordogne
Les vallées humides des affluents de la Dordogne sont calcaires, souvent humifères en surface sur argile ou argile lourde voire grèze en profondeur. On y retrouve une association de sols avec présence éventuelle de minces lits tourbeux en profondeur. L’hydromorphie y est variée, liée à une nappe plus ou moins profonde (fluviosols réductiques, fluviosols rédoxiques et histosols).
Les terrasses cultivées de la Dronne et des affluents de la Dordogne sur alluvions anciennes comportent des associations de sols limono-sableux, assez profonds sur argile, à nombreux galets de quartz, hydromorphes (néoluvisols et luvisols).

La Boutonne et ses affluents
Les vallées calcaires de la Boutonne, de ses affluents et du Curé présentent une association de sols à hydromorphie plus ou moins importante due à une nappe plus ou moins profonde (fluviosols rédoxiques ou réductiques hypercalcaires).
Les vallées tourbeuses de la Boutonne et de ses affluents et du Curé, parfois recouvertes de limon argileux, reposant sur argile calcaire comportent des fluviosols réductiques et histosols.
Enfin, les basses vallées calcaires des marais anciens, sur alluvions calcaires peu profondes reposant sur bri ancien de la Boutonne et des affluents de la Sèvre, présentent des thalassosols rédoxiques .

La Dive et ses affluents
Dans les plaines alluviales et vallées calcaires de la Dive et de ses affluents, les matériaux calcaires sont de texture variable. On y retrouve donc une association de sols de texture variable, sablo-argileux à argileux, calcaires, à nappe plus ou moins profonde (fluviosols rédoxiques et fluviosols réductiques).
Au niveau de la vallée humide, tourbeuse calcaire, de la Dive, il y a une association de sols tourbeux, calcaires, à nappe phréatique permanente (histosols fluviques et fluviosols rédoxiques).
Enfin, les replats sur alluvions anciennes présentent des sols argilo-limoneux, moyennement profonds sur calcaire pulvérulent, localement à charge en galets calcaires, saturés à calcaires, peu hydromorphes et à réserve en eau moyenne à bonne (brunisols saturés et calcosols).

Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations