La biodiversité en Poitou-Charentes

     
Accueil > Biodiversité picto-charentaise > Notions sur la biodiversité > Qu’est-ce que la biodiversité ? > Où vivent les espèces ? > Notion de biodiversité et d’évaluation de la diversité écologique

Notion de biodiversité et d’évaluation de la diversité écologique

Définit la richesse et la "remarquabilité" de certains milieux
Donne des éléments pour évaluer cette richesse

A l’origine, le terme « biodiversité » est le synonyme de « diversité biologique ».
Ce terme a été adopté dans le langage courant à l’occasion du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.
Cependant, il était déjà utilisé depuis plusieurs années par les scientifiques.

La biodiversité désigne la diversité de toutes les formes de vie et réunit :

Exemple :

La gestion d’un marais suppose d’agir à ces trois niveaux :


Les milieux qualifiés de « remarquables » (prairies, grottes, coteaux calcaires Calcaire Roche sédimentaire essentiellement composée de carbonate de calcium CaCO3. ) sont souvent associés à deux critères :

  • la richesse spécifique de ces milieux et
  • la présence d’espèces rares.

La richesse spécifique d’un milieu correspond au nombre total d’espèces présentes dans un biotope.
Elle varie en fonction du nombre d’espèces et de la surface sur laquelle elles sont présentes.

En général cette richesse est liée à la qualité du territoire (ressources alimentaires, abris, site de nidification Site de nidification Site où un oiseau va pouvoir construire son nid. , de ponte…)

On considère qu’une espèce est rare lorsque ses effectifs ou son aire de répartition sont limités, ces deux critères n’étant pas obligatoirement liés.
D’autre part, la rareté doit s’exprimer selon une échelle géographique précise : rareté locale, régionale, nationale, mondiale …

Par exemple l’aire de répartition de la Coronnelle girondine en Europe est réduite.
Cette espèce propre au Sud-ouest de l’Europe atteint sa limite nord de répartition en Charente Maritime (presqu’île d’Arvert et en Haute Saintonge. Plus fréquemment, elle est également observée sur l’île d’Oléron (Thirion et al, 2002) .
Cette espèce peut être considérée en danger dans l’ouest de la France.

Coronelle girondine (Coronella girondica)

Pour en savoir plus :

Retour au sommaire : Notions sur la biodiversité

Bibliographie :

  • Thirion Jean-Marc et al (2002). Les amphibiens et les Reptiles du Centre-Ouest de la France. Région Poitou-Charentes et départements limitrophes. Parthénope Collection. 144 pages.
Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations