La biodiversité en Poitou-Charentes

     

Le putois

origine de l’information : Fédération Régionale des Chasseurs Poitou-charentes

Description

« De la taille d’un chat au corps long et à la tête masquée »

« Dimorphisme sexuel » important : mâles et femelles différent largement par leur taille, leur poids…

Longueur : femelle 35 à 40cm
Mâle dépassant 47cm

Poids : femelle jusqu’à 800g
Mâle jusqu’à 1kg600g

Longévité : jusqu’à 15 ans

Corps allongé, queue touffue, pattes courtes.
Pelage brun dessus et sombre dessous ( ventre et pattes )
La tête est contrastée : brune avec des rayures blanches à l’extrémité des oreilles, au dessus des yeux et au bout du museau.
Sur les flancs, des grands poils noirs et luisants laissent apparaître la « bourre » jaunâtre
Piètre grimpeur, peu enclin à escalader les obstacles
Se déplace sur terre avec discrétion.
Nage très bien.

Classe : Mammifères Mammifère Classe de vertébrés supérieurs homéothermes ("à température constante"), portant des mamelles.
Ordre : Carnivores
Famille : Mustélidés
Espèce Espèce Groupe d’individus qui ont la possibilité de se reproduire entre eux dans la nature et dont la descendance est fertile.  : Putois Mustela putorius

Habitudes de vie

Habitat

Le putois fréquente tous les milieux humides ( étangs, ruisseaux, rivières ) mais également les zones bocagères, les bosquets, les lisières des massifs forestiers…
Il sait bien profiter des habitations humaines.
Par contre, il ne prospecte pas les grandes zones de plaines.
Il exploite toute sorte d’abris ; meules de foin, granges, tas de bois…
Gîte dans les terriers de renards ou lapins.

Alimentation

Un carnivore vraiment opportuniste.
Si les campagnols et les lapins sont les proies principales, les amphibiens ( même les crapauds ! ), les poissons, les oiseaux et leurs œufs, les charognes et les fruits sont également consommés.
Serait capable de manger les hérissons et les vipères.
Les proies les plus grosses sont souvent mordues à la nuque.
Les putois constituent des réserves

Reproduction

Maturité sexuelle des femelles à 10 mois
Accouplements entre Mars et Avril
Gestation : 40 à 42 jours

Un nid est aménagé par la femelle avec du foin, de la fourrure, des plumes…le tout sous du bois, un tas de pierres, dans un terrier…
Les portées comportent en moyenne 6 petits ( mais jusqu’à 12 !) qui naissent aveugles, sourds et pesant 10g
Après l’allaitement ( cinq à six semaines) les petits quittent le nid et à trois mois ils commencent à se disperser

Emploi du temps, Territoire, Communication

Presque exclusivement nocturne
Solitaire toute l’année
Le putois gronde, siffle, glousse…Stressé ou pourchassé, il expulse le contenu de ses glandes anales réputé pour sa puanteur ( d’où le nom de l’animal )
Ses sécrétions serviraient aussi pour le marquage de territoire accompagnant les crottes et l’urine.
Une agressivité importante et des attitudes de domination et de soumission servent à la communication entre les individus.

Localisation, Survie

Le putois bénéficie actuellement d’une protection partielle.
Présent partout en France sauf en corse
Plus rare en montagne, le putois peut tout de même atteindre 2000 m.

On constate son déclin partout en Europe sans pouvoir en préciser toutes les raisons

Les causes de sa raréfaction :

-La destruction de son habitat (ruisseaux, marais…)
-Disparition des haies
-Le piégeage ( non effectif actuellement )
-La circulation routière
-Empoisonnement des rongeurs
-Sa « mauvaise réputation »

Le furet est un putois domestique albinos issu de croisements
Le « furet putoisé » est la forme hybride issue du croisement entre le putois pur et le furet échappé de captivité.
Ce phénomène engendre des problèmes pour l’avenir de la population Population Ensemble d’êtres vivants d’une même espèce, occupant un territoire déterminé, présentant des caractéristiques propres et qui se perpétuent dans le temps. indigène en France

Bibliographie

- Histoire naturelle des Carnivores de France. J.Meloche . Edition Méloé

- La nature en France N°53 . Edition Atlas.

- Fiche technique N°30. ONC.

- Guide des traces d’animaux. Delachaux & Niestlé

- Des traces d’animaux dans votre poche. Delachaux.

- Encyclopédie des carnivores de France N°15 « Le putois ». Société pour l’étude et la protection des mammifères.

- Traces d’animaux. Bordas.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les différentes espèces vivant dans les marais consultez les autres fiches

Le canard colvert
Le faisan commun
Le héron cendré
La loutre
Le ragondin

Découvrez les animaux des autres espaces naturels

La forêt
Le bocage
Les marais
La plaine
Le fleuve
La mer
Les habitations
Les vignes

Menu

Carte régionale et les différents milieux
Les différents milieux et les espèces (fiches d’identité)
Arbres, feuilles et fruits
Traces et indices
Balade en forêt à la rencontre des grands mammifères sauvages
Calendrier des quatre saisons
Code de conduite du promeneur
S’habiller pour la promenade
Observer et photographier les animaux
Chasser en Poitou-Charentes
Contacts

Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations