La biodiversité en Poitou-Charentes

     

L’île d’Oléron

Ile d'Oléron L’île d’Oléron, deuxième plus grande île française de par sa superficie d’environ 174 km², se localise entre le pertuis d’Antioche et celui de Maumusson. Située face aux estuaires de la Charente et de la Seudre, l’apport en eau douce a permis un développement important de l’ostréiculture sur la côte Est de l’île. D’anciens marais salants ont en outre été transformés en claires d’affinage favorisant ainsi l’élevage des huîtres notamment celles de Marennes-Oléron. Comme pour l’île de Ré, différents paysages et milieux littoraux se succèdent le long de cette île induisant une biodiversité particulière par endroit et le développement de nombreuses activités humaines.

C’est en effet un site régional riche en terme de biodiversité, marqué par une vaste forêt de pin maritime et de chêne vert dont la couverture totale est proche de celle observée dans le département de la Charente-Maritime, par des marais, bas-marais et tourbières, ou bien encore par des près salés.
Les forêts jouent un rôle essentiel sur cette île aussi bien pour l’activité économique (valorisation touristique) que pour la protection des milieux et des espèces Espèce Groupe d’individus qui ont la possibilité de se reproduire entre eux dans la nature et dont la descendance est fertile. associées.
D’importantes séquences dunaires caractérisent cette île dont les dunes grises qui sont des dunes côtières à végétation herbacée. La teinte grisâtre de ces dunes est tout simplement donnée par les lichens qui recouvrent généralement ces milieux.

On y trouve une végétation dont les espèces se retrouvent habituellement sur les maquis et les garrigues. Deux espèces remarquables peuvent être observées : la cynoglosse des dunes et la liparis de Loesel.

En terme d’espèces faunistiques, on dénote la présente de la barbastelle, de la loutre ; du grand et du petit rhinolophe du côté des mammifères Mammifère Classe de vertébrés supérieurs homéothermes ("à température constante"), portant des mamelles.  ; de la cistude d’Europe pour ce qui est des reptiles ; de la lucane cerf-volant, de la rosalie des Alpes et du vertigo de Desmoulin au niveau des invertébrés.
De nombreuses espèces d’oiseaux migratrices et hivernantes sont également recensées (bernache cravant, barge rousse, busard des roseaux ou encore le grand gravelot, …) en raison du vaste complexe de marais (prairies humides, marais salants, vasières, lagunes, estuaires …) existant entre l’île d’Oléron et le marais de Brouage.

Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations