La biodiversité en Poitou-Charentes

     
Accueil > Flore et habitats naturels > Flore régionale > Champignons > Les champignons vus par la Société Mycologique du Poitou

Les champignons vus par la Société Mycologique du Poitou

Bolet de Satan (Raphael Hervé - SMP, 2006) Quand on parle de champignons, on pense à ces végétaux sans chlorophylle Chlorophylle Substance organique complexe qui joue un rôle essentiel dans la photosynthèse, en permettant aux végétaux sous l’action de l’énergie solaire, d’absorber le gaz carbonique et de rejeter l’oxygène et en se servant du carbone pour l’édification de leurs tissus. ni racine, munis pour la plupart, d’un pied et d’un chapeau et qui surgissent à l’automne dans les bois et les prairies. Classés par les scientifiques dans le règne fongique, ces légumes bizarres, ont de tous temps fasciné le commun des mortels.
Ce sont ces champignons « macromycètes », directement observables à l’œil nu, qui sont étudiés par les mycologues amateurs dans les associations mycologiques. En France, le recensement d’une manière rationnelle des champignons est récent. Ce n’est qu’au début des années 90 qu’est lancé par Régis COURTECUISSE, professeur à la pharmacie de Lille 2, l’inventaire cartographique des Mycota français.
Depuis, de nombreuses associations comme la Société Mycologique du Poitou, ont procédé aux relevés systématiques de leurs récoltes. Aidés par les moyens de communication modernes (informatique, internet…), la centralisation des données a été grandement facilitée.


En Poitou Charentes, la flore fongique, est bien diversifiée car plusieurs milieux naturels y sont représentés : Bords de mer, zones humides, pelouses calcaires Calcaire Roche sédimentaire essentiellement composée de carbonate de calcium CaCO3. , bois thermophiles, hêtraies Hêtraie Peuplement forestier pour lequel les hêtres sont les plus nombreux. calcaires, etc. On y rencontre les espèces Espèce Groupe d’individus qui ont la possibilité de se reproduire entre eux dans la nature et dont la descendance est fertile. liées aux végétaux du climat de type tempéré atlantique, mais aussi, celles inféodées à la nature du sol ou du sous-sol. Sont présents de nombreux champignons calcicoles et thermophiles. Certaines espèces méditerranéennes, nouvelles pour la région ont été rencontrées dans des zones à fortement ensoleillée.
Ainsi, la base de données mycologiques de la Société Mycologique du Poitou rassemble actuellement pour la Vienne, plus de 20 000 enregistrements pour 2300 espèces. Ces informations mises à jour tous les ans sont consultables sur l’interface SIGORE et sur le site de la Société Mycologique du Poitou.
Des modifications environnementales (climat, activité humaine) menacent de nombreux habitats comme par exemples les forêts de hêtres et les champignons qui leurs sont associés. Bien d’autres milieux sont également concernés. (zones humides, littoraux, etc.)


Enfin, d’une manière plus générale, mieux connaître la biodiversité pour mieux la protéger, c’est notre but. Nous y parviendrons d’autant mieux que nous aurons chacun, dans notre spécialité, rassemblé un maximum de données, ces informations multicouches visant à une meilleure compréhension des écosystèmes. C’est ainsi, je pense, que l’Organisation en Réseau des Acteurs du Patrimoine Naturel prend tout son sens.

par Raphaël HERVE, Président de la Société Mycologique du Poitou
Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations