La biodiversité en Poitou-Charentes

     

Dynamique des populations

Explique que certaines espèces Espèce Groupe d’individus qui ont la possibilité de se reproduire entre eux dans la nature et dont la descendance est fertile. , passées en dessous d’un seuil de densité, voient leur fécondité baisser

1. Qu’est ce qu’une population Population Ensemble d’êtres vivants d’une même espèce, occupant un territoire déterminé, présentant des caractéristiques propres et qui se perpétuent dans le temps.  ?

Une population peut se définir comme un groupe d’individus appartenant à la même espèce Espèce Groupe d’individus qui ont la possibilité de se reproduire entre eux dans la nature et dont la descendance est fertile. . Ils cohabitent et se reproduisent dans un milieu déterminé.

Exemples de populations :

  • l’ensemble des truites d’un bassin hydrographique,
  • la population des lézards verts d’une pelouse,
  • les chênes pédonculés d’un massif forestier…

Les populations sont les éléments essentiels de toute biocénose : ce sont elles qui peuvent assurer, ou non, la présence et la survie de l’espèce dans un milieu. La survie d’une espèce est conditionnée par une taille minimale de la population.

2. Fonctionnement

On observe généralement que sur de longues périodes les populations naturelles sont relativement stables et se maintiennent autour d’un effectif moyen dans un milieu.

Cette valeur moyenne est conditionnée par les capacités limites du milieu (ressources alimentaires présentes dans le milieu, superficie du milieu, des habitats, fréquence des abris et des zones de reproduction).

Certains facteurs jouent un rôle dans la régulation des effectifs d’une population tels que :

  • les accidents démographiques comme :
    • les maladies (Myxomatose ou VHD chez les lapins)
    • le climat (un gel automnal va tuer un certain pourcentage d’insectes)
  • les fluctuations cycliques par exemple pour un couple prédateur-proies.

Il a été mis en évidence la relation entre les populations de micromammifères dont la stratégie reproductive conduit à des cycles de pullulations et celle de leurs prédateurs (serpents, rapaces…)

A contrario, des phénomènes de pullulation sont mis en évidence en l’absence d’équilibre entre les espèces et leur environnement :

  • arrivée d’une espèce exotique comme l’Ecrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) qui entre en compétition avec l’Ecrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) (espèce indigène).
  • les populations de gros gibier (sanglier (Sus scrofa), chevreuil (Capreolus capreolus)) qui n’ont comme seul prédateur l’Homme.
    Leurs populations augmentent ainsi que les dégâts aux cultures si la pression de chasse n’est pas assez forte.

3. A retenir

Le nombre d’individus est donc un caractère essentiel d’une population. Plus une population est petite plus elle est sensible aux fluctuations de l’environnement et donc très fragile.
Le concept de taille minimum d’une population viable (Minimum viable population = MVP) est très utilisé en biologie de la conservation. Il est destiné à estimer le nombre d’individus minimum qu’une population doit atteindre pour survivre sur une longue période.

Exemple : Les populations d’Outarde Canepetière (Tetrax tetrax) sont d’une importance internationale.Cette espèce appartient au patrimoine culturel des Deux Sèvres. Les populations sont en déclin dû à la destruction de leurs habitats (jachères Jachère Historiquement terres labourables laissées temporairement au repos. La réforme de la PAC a ajouté une nouvelle notion avec le gel institutionnel des terres. , prairies). Les populations dans la région sont assez faibles. La population de Charente, qui a diminué de 50% en 15 ans, a vu ses effectifs se réduire de 20 % entre 1995 et 1996. Le statut de cette espèce au niveau européen la place parmi les plus menacées avec une diminution de ses effectifs supérieure à 50 % (Rigaud Thierry et Granger Michel,1999).
Cette espèce est en danger et fait l’objet d’un suivi scientifique.

Pour en savoir plus :

Retour au sommaire : Notions sur la biodiversité

Bibliographie :

  • Rigaud Thierry et Granger Michel. Le livre rouge des oiseaux nicheurs du Poitou-Charentes,1999. Poitou-Charentes Nature et LPO Vienne. 236 pages.
Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations