La biodiversité en Poitou-Charentes

     
Accueil > Sol et Paysage > Patrimoine géologique > Les sols > Collines et dépressions sableuses des bordures du Bassin Parisien

Collines et dépressions sableuses des bordures du Bassin Parisien

Les sols des collines et dépressions sableuses des bordures du Bassin Parisien sont développés sur les substrats du Crétacé supérieur. Il s’agit des sables, grès et marnes du Cénomanien et des craies turoniennes. Les caractéristiques de ces sols sont variées. Elles dépendent fortement de leur position topographique : colline, plateau, versant ou bien dépression sur les plateaux.

Ces sols sont localement appelés tuffeaux blancs, varennes et aubues.
Les tuffeaux blancs correspondent aux sols calci-magnésiques développés sur les plateaux de craies turoniennes. Ils sont limono-argileux moyennement profonds et sains sur les pentes et limoneux, assez hydromorphes sur les replats ou dépressions.
Les varennes sont observables au niveau des dépressions sur sables et argiles à passées marneuses, verts du Cénomanien inférieur. Il s’agit de complexe de sols sableux à argilo-sableux profonds, acides et hydromorphes (marqués par des excès d’eau).
Enfin, les aubues se rapprochent des tuffeaux blancs, elles sont présentes sur les collines limono-argileuses, sur craie turonienne. Elle forment une séquence de sols calcaires Calcaire Roche sédimentaire essentiellement composée de carbonate de calcium CaCO3. limono-argileux sains, peu profonds sur coteaux et moyennement profonds sur pente faible.

Ce pédo-paysage rassemble donc des sols très variés. On y observe en majorité des sols calcimagnésiques :

  • sols dont tous les horizons sont carbonatés : rendosols, calcosols et dolomitosols,
  • sols dont le complexe d’échange est saturé par du calcium et/ou du magnésium échangeables : rendisols et calcisols.

Les sols suivants sont également observables dans une moindre mesure :

  • sols caractérisés par l’importance des processus d’illuviation, ce sont des sols « lessivés » marqués par la succession d’un horizon appauvri et d’un horizon sous-jacent enrichi : luvisol et néoluvisol,
  • sols dans lesquels les processus d’oxydo-réduction sont prédominants, ce sont des sols à caractère hydromorphe attribua­ble à un excès d’eau : rédoxisols.
Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations