La biodiversité en Poitou-Charentes

     
Accueil > Biodiversité en région > Biodiversité et changement climatique > Les actions possibles > Atténuation et adaptation aux changements climatiques

Atténuation et adaptation aux changements climatiques

L’atténuation du changement climatique consiste à réduire, par des processus naturels ou des moyens technologiques, la quantité de gaz à effet de serre Effet de serre À l’origine, l’effet de serre est un phénomène naturel. Environ la moitié de l’énergie émise par le soleil est absorbée par la Terre, le reste est émis sous la forme de rayonnements infrarouges. Or les gaz à effet de serre (GES) empêchent une grande partie de cette chaleur de s’échapper dans l’espace. Sans les GES, la température moyenne du globe terrestre serait de 35°C plus basse. Pour comparaison, sur la planète Mars, où les GES sont absents, la température au sol est de -38°C. A l’opposé, sur la planète Vénus, où les GES sont très abondants, elle dépasse les 300°C. dans l’atmosphère (UICN France 2016). L’atténuation englobe toutes les actions de réduction des sources de gaz à effet de serre Gaz à effet de serre Les gaz à effet de serre sont le gaz carbonique (CO2), le méthane (CH4), les chlorofluorocarbones (CFC), l’ozone (O3) et le protoxyde d’azote (N2O). ou d’amélioration de la séquestration du carbone. A titre indicatif, on estime à l’heure actuelle que les écosystèmes naturels absorbent chaque année la moitié des émissions de CO2 Dioxyde de carbone Gaz incolore produit par la combustion du carbone. Son émission dans l’atmosphère contribue à l’accroissement de l’effet de serre. L’augmentation de sa concentration atmosphérique, passée de 280 ppmv (parties par million en volume) à la fin du XIXème siècle à 355 ppmv de nos jours, est attribuée aux émissions anthropiques (industrie, transport). générées par les activités humaines. La préservation et la restauration d’écosystèmes fonctionnels est ainsi un enjeu majeur dans l’atténuation du changement climatique.


L’adaptation concerne la réduction des risques et des impacts des effets néfastes du changement climatique (tempêtes, inondations, sécheresse,...). Comme dans le cadre de l’atténuation, l’adaptation peut s’appuyer sur le fonctionnement des milieux naturels ou sur des solutions techniques ou technologiques. Les écosystèmes fournissent des services écologiques qui peuvent aider les sociétés humaines à se protéger face aux conséquences climatiques (forêts de montagne permettant de lutter contre les glissements de terrain, zones humides jouant un rôle tampon face aux épisodes de crue ou de sécheresse, espaces verts permettant de réduire les îlots de chaleur en ville, etc.).


Le changement climatique n’est qu’une des causes d’érosion de la biodiversité et ses effets se combinent souvent avec les autres pressions environnementales. Les écologues montrent que la biodiversité est d’autant plus vulnérable aux effets du changement climatique que les écosystèmes sont pauvres et dégradés. Pour ces raisons, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) préconise de favoriser les solutions fondées sur la nature, qu’elle définit comme des « actions positives et « sans regret » car elles apportent des avantages combinés sur les plans environnementaux, économiques et sociaux ». Ces solutions concernent trois types d’action : la préservation d’écosystèmes en bon état écologique, l’amélioration de la gestion durable d’écosystèmes, la restauration d’écosystèmes dégradés ou la création d’écosystèmes.


Consulter les solutions fondées sur la nature proposées par l’UICN France.

Glossaire | Mentions Légales | Conditions d’utilisations